::
Back in days

Paris Tonkar

Does One

Boxer CTK

Bando CTK

Kay 93MC

The Truth

The Truth était une publication de la SCTT, structure associative et indépendante depuis sa création au début des années 1990. Celle-ci a commencé par éditer ce fanzine gratuit de 1994 à 1999. The Truth, fanzine «100% hip-hop», imprimé à 12 500 exemplaires et distribué gratuitement : fondateurs, Yann Cherruault et Sylvain Lehoux ! Le même état d’esprit guide les magazines International Hip-Hop et Paris Tonkar !

Numéro 6 et son frère ont réalisé en 1995 cette couverture :


Cap et Satur des PCP ont réalisé celle-ci en 1998 :

Article à lire sur Libé : Une info rap de première main. La revue «The Truth» affiche radicalité et gratuité.

Daes et Defun 4AD

Tarek est en train de peindre avec une bombe aérosol SPARVAR sur un panneau publicitaire en plastique qu’il trouvait sur les portes d’entrée des stations de métro… Il devait à chaque fois en « récupérer » à la station Malakoff Etienne Dolet sur la ligne 13. Au bout de quelques mois, l’entreprise a arrêté d’en mettre dans cette station car la durée de vie de leurs panneaux était très courte, un ou deux jours ! Cette peinture a ensuite été exposée dans la galerie Chapon, lors de la grande exposition « Paris Graffiti, 24 peintres ». L’autre personne présente est DEFUN : un membre actif du groupe de writers 4AD qui a été très présent dans le métro, le RER et dans la rue entre 1987 et 1993…

 

Break Machine – Street Dance

Break Machine est un groupe américain de rap fondé par Keith Rodgers, musicien new yorkais et animateur d’une émission consacrée au rap sur la radio WHBI 105.9 en 1981 (Bon Rock Live). Les autres membres sont : Cortez Jordan, Lindell Blake et Lindsay Blake.
En 1981, Keith Rodgers enregistre, sous le pseudonyme de Bon Rock, Searching Rap. En 1982, il rencontre Jacques Morali et Henri Belolo, les producteurs (français) à succès du groupe Village People. Avec eux et le musicien Fred Zarr, il s’associe avec trois New Yorkais spécialistes de break dance, Lindsay Blake, Lindell Blake et Cortez Jordan, pour sortir le disque Street Dance, qui connaît un succès phénoménal et participer à la reconnaissance de la culture hip-hop dont il n’est pourtant pas un produit typique. Le clip Street Dance popularise en Europe le style break dance fin 1983. Aujourd’hui, Keith Rodgers est toujours musicien, sous le pseudonyme de SugaBear. Il se fait parfois aussi appeler Stan Rodgers. Pour le grand public, le nom Break Machine est souvent associé aux trois danseurs qui ont fait le tour du monde pour danser sur les plateaux de télévision et populariser la Break Dance.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Boutique

Les Archives du Blog

%d blogueurs aiment cette page :