::
vous lisez...
Street art

Le street art à la rue

See on Scoop.itParis Tonkar magazine

A New York, au coeur de Long Island, 5 Pointz est la Mecque du graffiti (vidéo). Un véritable musée à ciel ouvert où les artistes peignent librement. Mais pour seulement quelques mois encore : il devrait être détruit en septembre pour laisser place à deux tours de quarante étages à la vue imprenable sur Manhattan. Piscine, salle de yoga, billard… Tout le luxe au service de la gentrification.

« DISTINGUER LE TAG SAUVAGE DU GRAFF ARTISTIQUE »

La liste des lieux mythiques du street art (mosaïques, graffitis, pochoirs, collages…) rayés de la carte ne cesse de s’allonger. Le Tacheles, à Berlin, une ancienne galerie commerciale occupée par des artistes pendant plus de vingt ans, a fermé l’été dernier. Même chose, en 2011, pour la piscine Molitor, à Paris, surnommée le « paquebot blanc ». Et si l’ancien bâtiment des douanes de Pantin survit encore, il fermera dans quelques années. Tous disparaissent pour la même raison : ces espaces urbains offrent de belles opérations immobilières.

Le street art a toujours vécu au coeur d’une ambiguïté entretenue par les municipalités : d’un côté elles combattent une pratique « vandale », souvent associée au tag ; de l’autre, elles encouragent une pratique « artistique ». Pas simple de faire la différence… Dans le 20e arrondissement de Paris, explique Bruno Julliard, adjoint chargé de la culture, « la mairie a créé une formation spécifique pour les personnels en charge du nettoyage des murs afin de distinguer le tag sauvage du graff artistique ».

 

1 500 EUROS D’AMENDE

Le plus souvent, sans faire le tri, les villes luttent contre cette appropriation jugée illégale de l’espace urbain. Le graffiti sauvage est d’ailleurs passible d’une amende pouvant atteindre 1 500 euros, majorée si le délit touche un édifice public (article 636 du code pénal). Inlassablement, les municipalités dépensent des fortunes pour enlever tags et pièces de street art – 4,5 millions d’euros à Paris chaque année.

 Tags et street art sont pourtant indissociables. Tous deux sont créés dans un « espace très codifié » où « l’interdit est un des moteurs », résume Tarek Ben Yakhlef, artiste et auteur d’un des premiers livres sur le graffiti en France, paru en 1991. Cet art vise à mobiliser des émotions et des imaginaires pour transmettre des messages qui parlent à tous.

 

 

See on www.lemonde.fr

À propos de Tarek Ben Yakhlef

Né à Paris au début des années 70, Scénariste, peintre, photographe, rédacteur en chef de Paris Tonkar magazine et auteur du livre de référence sur le graffiti français, Tarek est un artiste polymorphe. Il découvre très tôt le mouvement graffiti auquel il participe activement, mais l'appareil photo prend vite la place des bombes aérosol le transformant en témoin privilégié du graffiti français. Il est d'ailleurs l'auteur à 19 ans seulement d'un livre sur le graffiti français qui encore aujourd'hui est la référence dans le genre. Si au fil des ans il a dévellopé son art sur d'autres supports notamment la bande dessinée où il rencontre un franc succès, les bombes aérosol ne sont jamais très loin. Ces dernières lui permettent encore aujourd'hui de donner vie sur les murs des villes à tout son univers fantastique et coloré. Il a écrit près de soixante-dix livres dont certains sont devenus des ouvrages incontournables (Paris Tonkar, la série BD Sir Arthur Benton…), des scénarios pour l’audiovisuel en Europe et aux Etats-Unis (documentaire et fiction) et expose ses peintures dans le monde entier (Paris, Montréal, New York, Zürich, Genève, Hambourg, Athènes, Budapest…)

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Boutique

Les Archives du Blog

%d blogueurs aiment cette page :