::
vous lisez...
Street art

THE EY EXHIBITIO PAUL KLEE: MAKING VISIBLE :: Tate Modern

See on Scoop.itExpositions • Exhibitions

16 octobre 2013 – 9 mars 2014
Tate Modern

Ouvert tous les jours de 10h00 à 18h00 et jusqu’à 22h00 les vendredis et samedis
Informations pour le public et réservations sur le site : www.tate.org.uk, ou appeler le +44(0)20 7887 888

Figure tout à la fois radicale et joyeuse du Modernisme européen, Paul Klee (1879-1940) fut l’un des artistes les plus célèbres du Bauhaus. Son travail, complexe et intense, fait l’objet à partir du 16 octobre 2013 d’une grande exposition à la Tate Modern, la première exposition de cette ampleur consacrée à Klee au Royaume-Uni depuis plus d’une décennie. Questionnant sa réputation de rêveur solitaire, l’exposition vise à révéler la rigueur et le désir d’innovation qui animaient ses recherches et son travail.

Réunissant dessins colorés, aquarelles et peintures en provenance de collections du monde entier, The EY Exhibition – Paul Klee: Making Visible s’étend sur trois décennies de la carrière de l’artiste : son apparition à Munich dans les années 1910, ses années d’enseignement au Bauhaus dans les années 1920, et jusqu’à ses dernières œuvres réalisées à Berne au moment du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. L’exposition permet ainsi de réunir à nouveau des œuvres majeures que l’artiste créa, catalogua et exposa à des moments clefs de son existence. Aujourd’hui dispersées dans des collections publiques ou privées à travers le monde entier, l’exposition de la Tate Modern permet de réunir ses œuvres délicates et fragiles, souvent pour la première fois depuis leur création. Elle offre ainsi une opportunité unique de comprendre les idées et les innovations liées à ce travail.

Né en Suisse en 1879, Paul Klee débuta sa carrière en tant que musicien à la suite de ses parents, avant de se diriger rapidement vers des études de peinture à Munich et de rejoindre, en 1912, le Blau Reiter, un groupe d’artistes d’avant-garde animé par Kandinsky. The EY Exhibition – Paul Klee: Making Visible s’ouvre avec ses débuts sur la scène artistique au cours de la Première Guerre mondiale, une période où il peint notamment des patchworks abstraits et colorés. Les nombreuses innovations techniques que Klee expérimentera par la suite parcourent tout le long de l’exposition : le transfert d’huile qu’il utilise dans Ils mordent (1920), les dynamiques graduations colorées avec lesquelles il joue dans Fruit Mûr (1921), ou le pointillisme multicolore auquel il fait appel dans Mémoire d’un oiseau (1932).

Le cœur de l’exposition met particulièrement l’accent sur la décennie durant laquelle Paul Klee enseigna et travailla au Bauhaus. Les toiles abstraites qu’il produisit alors, telle la composition rythmique Feu dans la nuit (1929) lui valurent une renommée internationale à la fin des années 1920. Les années 30 devaient néanmoins apporter de radicaux changements, Klee se voyant démis de son nouveau poste de professeur par les nazis, le forçant à trouver refuge en Suisse avec sa famille alors même que ses œuvres, en Allemagne, étaient retirées des collections publiques et cataloguées en tant qu’« art dégénéré ». En dépit de la montée des périls politiques, de l’insécurité financière et d’une santé déclinante, la production artistique de Klee devint à cette époque plus prolifique encore. En clôture de l’exposition, The EY Exhibition – Paul Klee: Making Visible réunit à nouveau un ensemble d’œuvres montrées lors de sa dernière exposition, organisée juste avant sa disparition en 1940.

Bien que Klee considérait son art comme un processus de créativité spontanée, croissant de façon naturelle à l’image de sa fameuse citation sur le dessin où il s’agit de « prendre une ligne pour une promenade », Klee travailla, dans les faits, avec la plus grande rigueur. Il a notamment développé un système de catalogage personnel dans lequel il inscrivait de nombreuses de ses œuvres et il fut à l’origine d’importantes publications et de conférences sur la théorie des couleurs. En reprenant la catégorisation que Klee appliquait lui-même à ses œuvres, The EY Exhibition – Paul Klee: Making Visible offre ainsi une extraordinaire chance de les découvrir sous un jour nouveau et de comprendre quels étaient les véritables buts de l’artiste.

The EY Exhibition – Paul Klee: Making Visible a pour commissaire Matthew Gale, Head of Displays de la Tate Modern, et Flavia Frigeri, Commissaire Assistante. Un catalogue illustré publié par Tate Publishing accompagne l’exposition ainsi qu’un programme de conférences et d’évènements dans le musée.

 
EY et la Tate ont conclu un partenariat sur trois ans faisant d’EY l’une des plus importantes entreprises mécènes de la Tate. Ayant pour but une meilleure compréhension de l’art en vue d’accroître la sensibilisation et l’adhésion du grand public, ce partenariat vise à apporter son soutien au musée dans la réalisation de ses ambitions, aussi bien à la Tate Modern qu’à la Tate Britain, et notamment lors des trois prochaines grandes expositions de l’automne 2013.

Pour M. Martin Cook, Managing Partner Commercial d’EY pour le Royaume-Uni et l’Irlande :

‘’Paul Klee’’ sera la première « EY Exhibition » dans le cadre d’EY Tate Arts, un partenariat de trois ans qui rend ainsi possible, pour la première fois de plus de dix ans, la présentation de l’œuvre de Klee à Londres. Aux côtés de Matisse et de Picasso, Paul Klee est considéré comme l’un des géants du Modernisme européen, et cette exposition suscitera l’intérêt aussi bien du public britannique que celui du public international. Au-delà du monde des affaires, EY a toujours reconnu l’importance des innovateurs et, à ce titre, Paul Klee représente l’un des plus grands innovateurs parmi les artistes du XXe siècle. EY soutient les arts et la culture au Royaume-Uni depuis plus de 20 ans aidant ainsi à promouvoir l’importance et la valeur de la diversité culturelle tout en contribuant activement au développement de l’économie britannique”.

À propos de Tarek Ben Yakhlef

Né à Paris au début des années 70, Scénariste, peintre, photographe, rédacteur en chef de Paris Tonkar magazine et auteur du livre de référence sur le graffiti français, Tarek est un artiste polymorphe. Il découvre très tôt le mouvement graffiti auquel il participe activement, mais l'appareil photo prend vite la place des bombes aérosol le transformant en témoin privilégié du graffiti français. Il est d'ailleurs l'auteur à 19 ans seulement d'un livre sur le graffiti français qui encore aujourd'hui est la référence dans le genre. Si au fil des ans il a dévellopé son art sur d'autres supports notamment la bande dessinée où il rencontre un franc succès, les bombes aérosol ne sont jamais très loin. Ces dernières lui permettent encore aujourd'hui de donner vie sur les murs des villes à tout son univers fantastique et coloré. Il a écrit près de soixante-dix livres dont certains sont devenus des ouvrages incontournables (Paris Tonkar, la série BD Sir Arthur Benton…), des scénarios pour l’audiovisuel en Europe et aux Etats-Unis (documentaire et fiction) et expose ses peintures dans le monde entier (Paris, Montréal, New York, Zürich, Genève, Hambourg, Athènes, Budapest…)

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Boutique

Les Archives du Blog

%d blogueurs aiment cette page :