::
vous lisez...
Bande dessinée

Fils de France » Turcos, la Grande guerre comme vous ne l’avez jamais lue

Le jasmin et la boue. Le jasmin pour ces soldats français d’Algérie, les Turcos. La boue pour ce qu’ils sont venus endurer dans les tranchées du nord de la France. Tout simplement poignant.

Le récit de guerre n’est pas chose aisée. Difficile de demeurer digne, sans tomber dans le voyeurisme ou le dolorisme. Bref, de se cantonner à un objectif entre-deux. Cette bande dessinée y parvient pourtant, égalant, dans la justesse de la description, la fameuse 317e section du regretté Pierre Schoendoerffer, voire même l’Apocalypse Now de Francis Ford Coppola.

Ainsi, grâce au talent du dessinateur Batist Payen et à celui du scénariste Tarek, cette guerre civile européenne, dont l’issue sonna le glas de la civilisation du Vieux continent et des rêves de Mare Nostrum, est ici restituée, non point dans ses grandes heures, mais ses petits moments. Le mal du pays, la nostalgie des proches abandonnés, la peur, l’angoisse, la crainte de ne jamais revenir vivant de l’enfer ; et même si tel pouvait être le cas, dans quel état ? On y voit aussi la fraternité d’armes. Entre les Français de France et ceux du Maghreb, entre les catholiques et les musulmans, entre les uns qui croient au Ciel et les autres qui n’y croient pas. Tout cela est beau parce qu’humain. Tellement humain. Surhumain, parfois, vu le courage déployé par ces Français du lointain venus défendre une patrie tout aussi lointaine. Le moins qu’on puisse dire est que cette dernière ne les accabla pas toujours de reconnaissance : vingt ans après, un second conflit mondial dans lequel ils seraient à nouveau enrôlés et, à peine plus de dix ans plus tard, une autre guerre fratricide.

Lire la suite : Ici.

À propos de Tarek Ben Yakhlef

Né à Paris au début des années 70, Scénariste, peintre, photographe, rédacteur en chef de Paris Tonkar magazine et auteur du livre de référence sur le graffiti français, Tarek est un artiste polymorphe. Il découvre très tôt le mouvement graffiti auquel il participe activement, mais l'appareil photo prend vite la place des bombes aérosol le transformant en témoin privilégié du graffiti français. Il est d'ailleurs l'auteur à 19 ans seulement d'un livre sur le graffiti français qui encore aujourd'hui est la référence dans le genre. Si au fil des ans il a dévellopé son art sur d'autres supports notamment la bande dessinée où il rencontre un franc succès, les bombes aérosol ne sont jamais très loin. Ces dernières lui permettent encore aujourd'hui de donner vie sur les murs des villes à tout son univers fantastique et coloré. Il a écrit près de soixante-dix livres dont certains sont devenus des ouvrages incontournables (Paris Tonkar, la série BD Sir Arthur Benton…), des scénarios pour l’audiovisuel en Europe et aux Etats-Unis (documentaire et fiction) et expose ses peintures dans le monde entier (Paris, Montréal, New York, Zürich, Genève, Hambourg, Athènes, Budapest…)

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Boutique

Les Archives du Blog

%d blogueurs aiment cette page :