::
vous lisez...
Street art

Le Street Art au Musée

Comment aborder la question du Street Art quand il n’est pas dans la rue ?
L’Adresse Musée de la Poste se penche sur les oeuvres de onze artistes parmi les plus emblématiques du mouvement : Miss. Tic, C215, Invader, Vhils, Swoon, Shepard Fairey, Banksy, Dran, Ludo, L’Atlas et Rero.

Street art à Paris

En guise d’introduction, l’exposition s’ouvre sur une première pièce regroupant des œuvres de Zlotykamien, Pignon Ernest, Mesnager, Blek le Rat et un grand pochoir de Jeff Aérosol sur une palissade en bois. Le reste de la surface est divisé en onze petits espaces indépendants dédiés à chacun des artistes. Les 70 œuvres, judicieusement sélectionnées, sont accompagnées de vidéos des artistes intervenant dans la rue, montrant ainsi l’autre versant de leur art. L’exposition met l’accent sur la grande variété artistique de mouvement. On peut à la fois y observer la diversité des techniques utilisées : pochoir, peinture aérosol, mosaïque, scotch, fusain, papier découpé, résine, tampon, gravure, peinture acrylique, aquarelle, gouache et une multitude de supports : panneaux de signalisation, toile, palissades de bois, linoléum, boîtes aux lettres, tôle, fragments d’affiches. On note par ailleurs l’intervention de C215, l’Atlas, Ludo, Miss. Tic, Rero et Vhils qui ont chacun réalisé une installation pour l’évènement.

Quelle est la notion d’au-delà évoquée dans l’intitulé de l’exposition ? Le but de l’évènement est en fait de sensibiliser à la démarche artistique « ex situ ». C’est-à-dire la production d’un « Street-artiste » hors de la rue, sur un autre support que les murs. Les conditions et la finalité influant sur la création, les œuvres évoluent en fonction du support. Les documents vidéos projetés permettent au public d’observer l’artiste en action et aident à comprendre la progression de son travail.

Au vu de l’ampleur internationale du mouvement depuis 40 ans, le fait de présenter onze artistes pose la question des facteurs qui ont déterminé ce choix. L’exposition n’est pas particulièrement représentative de la diversité internationale (7 artistes français), ni de la variété historique (la grande majorité des œuvres datent de ces cinq dernières années), ni vraiment d’un état des lieux de nos rues aujourd’hui. On peut imaginer que ce choix soit basé sur deux critères. D’abord, ils maîtrisent tous une technique particulière, peinture, pochoir, collage, etc… D’autre part, il s’agit tous de grands noms du Street art internationalement reconnus et pour certains uniquement connus via le web et la médiatisation de médias tendances.

Street art à Paris

Pourtant, un troisième critère affine la sélection : ils sont représentés dans des galeries et les ventes aux enchères parisiennes. La médiatisation du mouvement a fait naître un engouement pour les œuvres d’artistes urbains. Aujourd’hui, le Street art se scinde donc en deux pratiques : celle offerte à la rue, et celle destinée à la vente. Il semblerait donc qu’on puisse aussi distinguer deux types de notoriétés : celle acquise dans la rue et la reconnaissance du monde de l’art. Au-delà du Street Art prend le parti de n’inclure que des artistes reconnus au-delà de la rue, pour leur art par le monde de l’art. Il semblerait que l’accès aux musées pour les artistes urbains ne se fasse sans un passage par les galeries. Paradoxal pour un mouvement qui s’est emparé de la rue en réaction à l’art
officiel exposé en galerie.

Cependant, cette exposition est idéale comme voyage initiatique pour un public novice, qui souhaiterait découvrir les multiples visages du Street art. Un bel aperçu de la scène artistique pour les connaisseurs qui voudraient contempler des pièces qu’il serait difficile, voire impossible de trouver dans la rue. On salue donc l’initiative du Musée de la Poste de permettre la démocratisation du Street art qui, après les galeries, fait ses premiers pas dans les institutions. On regrette cependant l’absence d’autres grands artistes qui auraient pu compléter le tableau. En espérant que la visite puisse éveiller la curiosité des petits et grands et sensibiliser une nouvelle génération de regards.

L’Adresse Musée de la Poste
34 boulevard de Vaugirard Paris 15°

Texte et photographies : Ninnog

Discussion

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Le Street Art au Musée | Paris Tonkar magazine | Scoop.it - 3 avril 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Boutique

Les Archives du Blog

%d blogueurs aiment cette page :