::
vous lisez...
Presse

Interview de Tarek par Elise Ruiba

/ Tarek Ben Yakhlef Alias Tarek /

La rue comme « plus grande galerie d’art du monde » ça vous parle ? Ou vous n’adhérez pas à cette idée ?
Cela me parle un peu… Mais guère plus ! Je ne pense pas que la rue soit un lieu équivalent à une galerie pour de nombreuses raisons. Tout d’abord, c’est un endroit qui n’est pas sûr pour ceux qui ne connaissent pas les règles inhérentes à cet espace très codifié : on ne peint pas n’importe où, n’importe comment ou sur n’importe qui sans en subir les conséquences. Ensuite, il n’y a pas que de l’art dans la rue : les inscriptions racistes ou autre, les imitateurs, les pseudos artistes, les collages publicitaires, la publicité… Bref, tout y est possible : le meilleur comme le pire ! Enfin, la rue n’est pas forcément le lieu approprié pour toutes les pratiques artistiques urbaines… Les friches industrielles, les catacombes, les voies désaffectées, la petite ceinture, les…

Voir l’article original 1 065 mots de plus

À propos de Tarek Ben Yakhlef

Scénariste, peintre, photographe, rédacteur en chef de Paris Tonkar magazine et auteur du livre Paris Tonkar, Tarek est un artiste polymorphe. Il découvre le mouvement graffiti dès 1985 auquel il participe activement, mais l'appareil photo prend vite la place des bombes aérosol le transformant en témoin privilégié de cette époque . Il est d'ailleurs l'auteur à 19 ans seulement d'un livre sur le graffiti français qui encore aujourd'hui est la référence dans le genre. Si au fil des ans il a développé son art sur d'autres supports notamment la bande dessinée où il rencontre un franc succès, les bombes aérosol ne sont jamais très loin. Ces dernières lui permettent encore aujourd'hui de donner vie sur les murs des villes à tout son univers fantastique et coloré. Il a écrit près de soixante-dix livres dont certains sont devenus des ouvrages incontournables (Paris Tonkar, Sir Arthur Benton, La Guerre des Gaules…), des scénarios pour l’audiovisuel en Europe et aux Etats-Unis (documentaire et fiction) et expose ses peintures dans le monde entier (Paris, Lyon, Montréal, New York, Zürich, Genève, Hambourg, Athènes, Budapest, Sao Paulo, Kribi, Dakar, Marrakech…)

Discussion

Une réflexion sur “Interview de Tarek par Elise Ruiba

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Boutique

Interviews

Téléchargement

%d blogueurs aiment cette page :